• Accueil
  • Présentation
    Laetitia Blondel
    Læetitia Blondel
    Responsable de l'Épicerie Sociale et Solidaire

    L’épicerie sociale s’adresse aux personnes résidantes sur la commune de Terrasson-Lavilledieu et en situation de précarité temporaire ou durable nécessitant une aide spécifique pour le rétablissement de leur situation. Le nombre de personnes prises en charge dans le cadre de l’Epicerie Sociale est limité à 30 sur une même période. Globalement, le nombre de bénéficiaire du service est estimé à une centaine par an.

    Elle est installée dans un local, d’une surface de 170 M2 offre la possibilité d’un agencement cohérent du lieu permettant d’intégrer un bureau fermé pour les entretiens individuels, une banque d’accueil et un espace ouvert permettant la disposition des denrées et un espace de stockage.

    Dans son ouvrage L'œuf de Colomb, Monsieur Pierre DELMON, Maire de Terrasson-Lavilledieu et Président de l’Espace Economie Emploi, énonçait les grands principes d’une approche sociale différente, rationnelle et avec pour préoccupation première, l’accompagnement des bénéficiaires vers l’emploi.

    Cette approche innovante était ainsi synthétisée : « rassembler en même lieu, autour d’un objectif commun, l’ensemble des acteurs sociaux du territoire, à analyser les besoins et les ressources du territoire, à animer et à coordonner les actions des partenaires, à construire des projets utiles ».

    C’est donc dans la lignée directe de ce concept développé en 1997, qu’a germée l’idée de développer une structure de proximité permettant à la fois l’observation des problématiques sociales mais également la définition d’actions de proximité.

    L’ambition affichée réside dans la transposition au social, d’outils ayant prouvé leur efficacité et dont les résultats sont désormais probants.
    Aussi, et dans cette logique, des réunions ont été menées conjointement entre les services sociaux de la mairie, du Conseil Général et les différents acteurs intervenant dans le secteur de l’aide alimentaire une réflexion a été menée sur l’opportunité de créer l’Espace des Solidarités et de la Vie Associative.

    Il résulte de cette analyse que :

    - Le nombre de personnes rencontrant des difficultés financières est en constante augmentation depuis 2009.
    - les aides actuelles ne touchent pas toutes les personnes en difficulté du fait qu’elles n’osent pas se diriger vers les services sociaux, ou organismes caritatifs pour demander de l’aide. Dans d’autres cas, des personnes profitent de ce système.
    - certains individus rencontrent des problèmes de déplacement et d’isolement.
    - une coordination entre les divers organismes caritatifs devrait être mise en place afin de trouver une solution rapide ou orienter au mieux les demandeurs. Par ailleurs, la mise en commun de l’ensemble des informations détenues par les différents partenaires apparaît comme essentielle en vue d’une observation fine du territoire et de ses tendances. Au-delà de la réponse directe aux problématiques des bénéficiaires, la création de l’Epicerie Sociale s’inscrit dans un objectif clair affiché par la Commune de Terrasson que de rassembler en un même lieu, les différents acteurs sociaux du territoire.

    En effet, le fonctionnement de l’Epicerie Sociale se doit de répondre à un triple objectif :
    - être une structure partenariale où l’ensemble des acteurs du territoire seront impliqués dans le fonctionnement du lieu,
    - fédérer les différents acteurs et éviter l’émiettement des actions ;
    - organiser un observatoire social sur la Commune, permettant de regrouper l’ensemble des informations, de les analyser de manière collégiale et partagée et d’en déterminer des actions pertinentes.

    L’Epicerie Sociale présente de nombreux avantages pour les usagers :

    - apporter une réponse rapide, adaptée et personnalisée avec un accompagnement par des bénévoles d’Associations Caritatives ou par les services sociaux (Conseil Général, MSA, CAF ou CCAS).
    - l’aide alimentaire est possible tout au long de l’année et viendrait en complément de la campagne (hivernale) des Restos du Cœur ;
    - éviter l’assistanat en responsabilisant les bénéficiaires.

    L’action de l’épicerie sociale est basée sur un travail éducatif fait par des professionnels afin :

    - d’avoir la notion du coût des aliments,
    - de savoir composer un menu équilibré,
    - de pouvoir acheter ce qui est essentiel e faire preuve de vigilance face à la publicité,
    - d’apprendre à cuisiner afin de limiter l’impact budgétaire des denrées déjà cuisinées.

    Un contrat projet serait conclu entre l’épicerie sociale et la personne bénéficiaire afin de la responsabiliser.

  • Les principes de l'Épicerie solidaire

    - ne pas perdre son identité d’Association ou de service ;
    - ne pas être lié institutionnellement, c'est-à-dire ne pas créer une institution supplémentaire qui alourdirait le fonctionnement ;
    - développer une action d’accompagnement avec un travail éducatif, des ateliers à thèmes bien précis au sein de l’ES ou dans d’autres lieux, un accueil personnalisé ;
    - créer une Charte qui regrouperait les idées communes ;
    - agir sur un secteur géographique défini ;
    - créer un document unique pour l’instruction. Chaque service dispose d’un dossier d’inscription élaboré en commun.

    Chaque association garde sa spécificité et poursuit son activité habituelle. Les données administratives seront recueillies auprès de chaque organisme suivant le choix du bénéficiaire, sur un document unique que le demandeur transmettrait à l’épicerie sociale.
    La participation des usagers serait d’environ 10 % de la valeur des produits. Toutefois, le montant global du panier serait limité.

    Ce local, d’une surface de 170 M2 offre la possibilité d’un agencement cohérent du lieu permettant d’intégrer un bureau fermé pour les entretiens individuels, une banque d’accueil et un espace ouvert permettant la disposition des denrées et un espace de stockage.

  • Modalités d'accès

    Barêmes d'accès

    Nous avons tenu compte de :
    - la situation de la personne, à savoir personne seule ou famille,
    - du montant de l’AAH pour une personne seule (743,62€)
    - des montants du barème FSL subventions
    - des montants du RSA SOCLE - du minimum vieillesse (777 € pour une personne seule)

    Comme vous pouvez le constater dans le tableau ci-dessous, concernant les familles de 2 personnes ou plus, les montants du barème RSA sont bas, alors que les montants du FSL pour Subvention sont élevés. Il est apparu que pour une personne seule, il est indispensable de rehausser le barème pour qu’une certaine catégorie de public puisse avoir accès à l’Epicerie Sociale, notamment les personnes handicapées ou les personnes âgées ayant une petite retraite.

    Après réflexion, nous sommes arrivés au calcul suivant :
    Montant de l’AAH – Montant du RSA pour une personne = 332€.
    Le montant trouvé est ajouté au montant du RSA de chaque catégorie de situation familiale. Voir tableau ci-après :

      Revenus Plafond
    d'ouverture de droits
    Isolé(e) 676 €
    Isolé(e) avec une personne à charge 956 €
    Isolé(e) avec deux personnes à charge 1072 €
    Isolé(e) avec trois personnes à charge 1264 €
    Isolé(e) avec quatre personnes à charge 1454 €
    Par personne supplémentaire +190 €
    couple 956 €
    couple avec une personne à charge 1074 €
    couple avec deux personnes à charge 1216 €
    couple avec trois personnes à charge 1407 €
    couple avec quatre personnes à charge 1597 €
    par personne supplémentaire +190 €

    le barême pour l'épicerie sociale sera révisé après chaque valorisation du barême RSA

  • Constitution du dossier

    Le dossier rempli par chaque organisme ou association partenaire du projet est calqué sur l’imprimé de demande d’aide du FSL.

    Dans le dossier, il doit apparaître les renseignements suivants :
    - l’état civil de chaque personne
    - l’adresse,
    - la situation familiale,
    - le budget familial avec les ressources du mois en cours ou mois précédent et les dépenses mensuelles de la famille
    - les dettes
    - éventuellement un surendettement,
    - renseignements sur le logement actuel
    - la personne qui oriente le(s) demandeur(s),

    L’agent ou le bénévole chargé de l’instruction de la demande doit exiger les documents originaux pour remplir le dossier. Il n’est pas nécessaire de prendre les justificatifs en photocopie.

    Le dossier sera ensuite étudié par la Commission d’attribution qui statuera sur l’admissibilité du demandeur.

    LISTE DES PIECES A FOURNIR :

    Lors de la constitution du dossier, le demandeur devra fournir les originaux des documents suivants :
    - livret de famille ou carte d’identité ou carte de séjour
    - quittance de loyer ou contrat de location
    - justificatifs de toutes les ressources du mois précédent ou mois en cours : bulletin de salaire, notification ASSEDIC, notification CAF ou MSA datée de moins de 3 mois, dernier relevé de banque pour la retraite, rente ou pension d’invalidité, pension alimentaire ou autre…
    - factures de toutes les charges courantes : EDF, eau, chauffage, cantine, pension alimentaire, assurances maison et voiture, impôts, téléphone, échéances des crédits ou autres.

    OUVERTURE DU DROIT à l’ES :

    Pour déterminer l’accès à l’ES, seuls les revenus seront pris en compte et comparés au barème d’accès à l’ES.

    FREQUENCE DES AIDES :

    La fréquence des aides sera déterminée à l’ES avec la famille et en fonction du montant de sa participation. Cette aide sera déterminée en fonction de son reste à vivre. Globalement, toutes les charges mensuelles sont déduites des revenus perçus; le montant est divisé par le nombre de personnes au foyer et le total final représente le reste à vivre.

    MONTANT DE L’ADHESION et PARTICIPATION FINANCIERE :

    La participation financière du demandeur représentera, pour chaque venue à l’ES, un coût de 10% de la valeur du Caddie. Voici un tableau récapitulant, suivant le reste à vivre, le montant maximum en euro des achats que le bénéficiaire pourra effectuer mensuellement :

    Public concernéMontant du reste à vivre (RAV)Montant des achats payés par foyer et par mois
    Tout public RAC<150€ 60€
    Tout public 150€<RAV<300€ 30€
    Tout public 300€<RAV<400€ 15€
    Détresse / Urgence Pas de notion de RAV  

    Un double étiquetage faisant apparaître la valeur réelle et la valeur réduite à 10% de chaque produit, toutes marques confondues est appliqué.

    Notion d'urgence

    Il sera possible d’établir un bon d’urgence délivré au demandeur qui pourra l’adresser à l’ES.

    Contenu du colis

    Le contenu du colis et les quantités achetées seront adaptés à la situation familiale (nombre de personnes) et à la fréquence des distributions.
    Un accompagnement de la personne fait par un bénévole pour l’achat des denrées serait souhaitable à l’issue d’une période d’utilisation de l’ES.
    En fonction du stock disponible, il serait opportun de pouvoir proposer des menus types aux bénéficiaires qui seraient ainsi mieux orientés pour faire leurs achats.

    Réflexions sur l’accompagnement éducatif

    La prise en charge éducative doit être faite par des professionnels. Toutefois l’accueil des usagers à l’épicerie sociale pourrait être composé de deux personnes (professionnel + bénévole). Lors de ce premier entretien, les intervenants définiront avec le bénéficiaire (en fonction de la situation) le jour où il viendra à l’épicerie (ceux qui travaillent tel jour, ceux qui ont des enfants tel jour…). Le bénéficiaire sera informé de la quantité maximum par article à prendre, suivant sa situation familiale. Il faudra lister les quantités.

    Création d’un chariot type selon la composition du foyer qui expliquerait comment cuisiner les aliments (légumes…).

    L’accompagnement proposé par le professionnel de l’épicerie sociale peut être proposé à une fréquence définie par l’usager. Cet accompagnement doit être proposé lors du premier entretien et suivants. Le professionnel doit être une personne ressource pour les usagers de l’épicerie.

    Les besoins de l’usager seront repérés lors du premier entretien afin de lui proposer des solutions adaptées (orientation vers l’atelier cuisine pour une personne qui souffre d’isolement, une orientation vers une Aide Educative Budgétaire pour un jeune qui prend son premier appart…).

    Le travail éducatif proposé par l’épicerie sociale ne pourra se faire qu’avec l’adhésion des personnes.

    Il serait important de contractualiser dès l’adhésion de la personne dans l’épicerie sociale afin de fixer la fréquence des rencontres avec le professionnel, les objectifs de l’usager…

    Accompagnement chariot :

    Cet accompagnement pourrait se faire, après observation sur une période par les intervenants du contenu du chariot des usagers. Il est difficile de contraindre des usagers à cet accompagnement chariot. Sans l’adhésion de la personne, cet outil ne sera pas efficace.

    Ceci pourrait s’envisager auprès des personnes qui sont susceptibles de quitter l’épicerie.

    Atelier cuisine (adhérent à l’épicerie sociale) :

    Cet atelier pourra être mis en place en fonction des besoins des usagers. Il sera animé par au moins un professionnel. Lieu à définir. Les usagers n’auront pas à payer les aliments (pas de participation).

    Le but de l’atelier sera :
    - de confectionner avec les articles de l’épicerie un repas équilibré à petits prix.
    - d’échanger les savoirs
    - d’apprendre les règles de respect

    Les menus réalisés lors de l’atelier pourront être affichés dans l’épicerie sociale afin de donner des idées de menus aux usagers.

    L’atelier cuisine pourra se dérouler sur la journée : préparation du repas, partage du repas, animations diverses.

    Les animations proposées l’après-midi pourront porter :
    - l’alimentation à travers l’intervention d’une diététicienne, d’un médecin ou d’un chrono biologiste (sommeil, équilibre alimentaire).
    - Mise en rayon des denrées…

    Les animations pourront permettre l’appropriation du lieu et une plus grande implication des usagers dans l’épicerie.

    Les partenaires participants à l’élaboration de ce projet sont les suivants :

    • La Mairie de TERRASSON
    • la Croix Rouge
    • les Restaurants du Cœur
    • le Secours Catholique
    • les Services sociaux : Conseil Départemental, Caisse d'Allocations Familiales

     

    Nous voulons mettre en avant les notions d’engagement, de solidarité et d’insertion sociale

    Règlement de fonctionnement de l’Epicerie Sociale

    Qui peut en bénéficier ?

    Les personnes résidant sur Terrasson depuis plus de 3 mois en difficulté économique, fragilisées ou exclues. Chaque usager est amené à définir, avec son travailleur social référent, un contrat projet qu'il souhaite mener à bien pendant la durée d'accès à l'Epicerie.

    Le travailleur social référent et l’usager remplissent le dossier contrat projet Epicerie Sociale (état civil, situation familiale, revenus et charges du foyer, contrat projet de la personne, avis du travailleur social). Le travailleur social transmet ensuite le dossier à la Conseillère en Economie Sociale et Familiale de L’Epicerie Sociale.
Celui-ci passe en commission d’admission afin d’établir un avis (favorable, défavorable), la durée du contrat projet (1 mois, 3 mois, 6 mois), la fréquence d’achats à l’Epicerie (hebdomadaire, quinzaine, mensuelle) et le montant d’achats maximum.

    Une aide pour un contrat projet

    Grâce au faible coût des  produits de consommation achetés à l‘Epicerie, une part plus importante du budget de l'usager va pouvoir être consacrée à une envie, un projet, une amélioration de la vie quotidienne : réparer sa voiture pour pouvoir continuer à travailler, offrir des vacances ou des sorties à ses enfants, déménager, payer ses dettes, financer des soins médicaux, pouvoir financer les frais de déplacement en cas de formation.

     

    De plus des rencontres individuelles avec la C.E.S.F. (Conseillère en Economie Sociale Familiale) et des ateliers collectifs sont organisés pour accompagner les usagers dans la gestion de leur vie quotidienne et évaluer l’évolution du contrat projet (éducation, alimentation, santé).

    Durée d'accès

    La durée d'accès à l'Epicerie est définie en commission d’admission en fonction du contrat projet. En général, elle est de trois mois renouvelable une fois.

    Commission d'admission à l'Épicerie Sociale
    Article 1: Objet de la commission

    La commission d’admission à l’Epicerie Sociale se prononce sur les dossiers transmis par les différents partenaires. Son rôle est de se prononcer sur l’intégration ou non des demandeurs dans le dispositif de l’Epicerie Sociale.

    Composition

    La commission d’admission est présidée par M le Maire de Terrasson ou son représentant et se compose des membres suivants :
    Un élu de la Ville de Terrasson,
    La Responsable de l’Unité Territoriale de Hautefort,
    Un représentant de la CAF de la Dordogne,
    Un représentant de la Croix Rouge,
    Un représentant des Restaurants du Cœur,
    Un représentant du Secours Catholique,
    Un représentant de l’Espace Economie Emploi,
    Un représentant de la Mission Locale.

    Article 3 : Organisation / Fonctionnement

    La commission d’admission se prononce sur l’admission ou non des demandeurs dont les dossiers ont été transmis par les différents partenaires.
    La commission se réunit une fois par quinzaine sur convocation adressée par la Mairie de Terrasson. Les dossiers à étudier seront transmis aux membres lors de la tenue de la commission.
    La commission pourra être amenée à se prononcer sur les éventuelles radiations en cas de non respect du contrat

    Contractualisation

    Chaque usager entrant dans le dispositif de l’Epicerie Sociale se devra de signer un contrat d’engagement avec la structure.
    Ce contrat déterminera les engagements du bénéficiaire en contrepartie de son entrée dans l’Epicerie Sociale.

    La Ville de Terrasson-Lavilledieu


Epicerie Sociale et SolidaireL'Épicerie Sociale et Solidaire est ouverte mardi et jeudi toute la journée et vendredi matin. Les familles peuvent réaliser leurs achats le mardi après-midi et le vendredi matin. Rue Marcel Michel — téléphone : 05 53 42 30 81