Alerte canicule

Sécheresse 2018

Catastrophe naturelle sécheresse 2018

Jardins de feu

Les mardis 23,30 juillet et 6, 13, 20 aout à 22 heures - Renseignements : 05 53 50 86 82

Une exposition qui ne manque pas de cachet

dossier de presse 1Oblitérée, affranchie, adressée à un destinataire et comportant l’adresse de l’expéditeur, le Mail Art est une expression originale artistique à part entière. La Maison du Patrimoine de Terrasson-Lavilledieu accueille du 6 avril au 30 septembre 2019 une exposition inédite.

Le Mail Art est une manière de communiquer. C’est un échange d’art qui transite, condition incontournable, par La Poste. Des artistes envoient ainsi des enveloppes ou des objets décorés, pour leur propre plaisir et celui de leur destinataire.
L’art postal s’inspire ou détourne les objets postaux de leur fonction première. Nombreux sont les artistes qui se sont réapproprié les objets utilisés au quotidien par les postiers : boîte aux lettres, sac postal... Pierre Alechinsky dessine sur des lettres, alors que Duchamp utilisera une boîte aux lettres comme réceptacle de son exposition surréaliste.
Un troisième domaine apparaît aujourd’hui au gré des correspondances, c’est « l’art posté » : lettres-objets, lettres-peintures, pas de réseau de correspondants, mais des envois curieux ou poétiques, échangés dans un cercle restreint de correspondants amis ou proches.

L’envoi devient alors prétexte à... et le facteur par ses efforts de décodage participe ainsi à l’œuvre

JPCOMESDeux ans ont été nécessaires pour préparer cette exposition intitulée « International Mail Art », Jean-Pierre Comes y présente une petite partie de ses créations d'« art posté » – ou « mail art » – et, surtout, de magnifiques enveloppes issues de sa correspondance avec des dizaines d'artistes…
Pour Jean Pierre Comes, artiste, écrivain et commissaire de l’exposition : « S’inscrire dans la modernité, c’est exprimer le désir de coller à son époque . La démarche est certes honorable dans la mesure où le positif l’emporte sur le négatif.
En matière de communication, vitesse et rapidité sont revenues les ressorts qui théoriquement devraient faciliter les échanges. Or, il n’en est rien ! Les réseaux sociaux, les mails, les textos pour ne citer qu’eux ont en grande partie balayé l’écrit. Pour remédier à ces travers, la correspondance à l’ancienne a non seulement préservé son charme et son attrait tout en s’inscrivant dans la durée et en laissant une trace indélébile.dossier de presse 11

Chaque jour qui passe est une parenthèse de joie et d’espoir

De plus, lorsque les courriers sont agrémentés d’un décor et peuvent alors se métamorphoser en oeuvres d’art, le bonheur d’échanger et de partager perdure. C’est à cet exercice que se livrent avec courage et ténacité tous les mail artistes qui, à travers le monde, s’emploient à faire de chaque jour qui passe une parenthèse de joie et d’espoir … »
Originaire de Limoges, Jean-Pierre Comes ne se lance dans le « mail art » que récemment : « je voulais d'abord souligner que c'est Alain Pauzié, peintre célèbre du milieu du XX e siècle à Limoges, au milieu des années 60, qui a relancé l'art posté. J'étais très lié à Sanfourche peintre, poète et sculpteur né à Bordeaux en 1929, arrivé en Limousin en 1940 et mort le 13 mars 2010 à Saint-Léonard-de-Noblat qui le connaissait bien, et c'est lui qui m'a invité à lui écrire. Et le 15 août 2010, j'ai envoyé mon premier mail art à Alain Pauzié… Quant à Roch Popelier, il s'y est mis après que je lui ai envoyé un mail art. 

Le mail Art une expression artistique à part entière

A la fin des années 50, les courants Post-Dada, le nouveau réalisme, le Pop’art et Fluxus reprennent ces pratiques : le Mail Art est né ! Ray Johnson en est l’initiateur avec l’école qu’il crée en 1962 : « la New-York Correspondance School of Art ».
Timbres et cachets fabriqués par l’expéditeur, collage et découpage de matériaux divers s’organiseront alors avec pour seul mot d’ordre : « transformer une création originale en œuvre d’art posté ».
Dans les années 70, des réseaux se multiplient en Italie, aux Pays-Bas, dans les pays de l’Est, en Amérique latine. On dénombre plusieurs milliers de mail-artistes.
Le Mail Art est officiellement reconnu dans les expositions : en 1971, la Biennale de Paris organise une section Mail Art.
Dans les années 80, le Mail Art connaît un développement nouveau : le nomadisme. En 1984, Hans Ruedi Fricker, un artiste suisse, revendique l’idée que les mail-artistes se rencontrent réellement.

180 œuvres venues du monde entier

dossier de presse 16L’exposition comprend presque 180 œuvres venues du monde entier et a pour objectif de faire connaître cet univers si riche et si passionnant. Jean-Pierre Comes relève : « Je m’emploie de faire en sorte que les facteurs, demain, puissent prendre davantage de plaisir à distribuer leurs courrier ! »
Le mail art, disait le regretté journaliste Alain Grandremy – habitué du salon de Saint -Just-le-Martel –, « peut-on imaginer plus élégante façon de forger, à travers l'espace, ces maillons hauts en couleur d'une chaîne d'union entre nos frères humains ? » Jean^Pierre Comes conclut : « A ma demande, des dessinateurs de presse internationale ont découvert le plus souvent cet art et ont bien voulu accepter de jouer le jeu. Qu’ils en soient remerciés. »
Cette exposition, unique, permet de découvrir un univers méconnu, inédit et initimiste. De quoi faire naître des vocations.


Mots-clés : Maison du Patrimoine, Culture

Paroles d'ici et maintenant

A Terrasson, je me sens en famille...

Sonia MRAIM,
animatrice

Sonia MRAIM

Lire la suite

Vidéo à ne pas manquer

Le selfie du moment

Claude-Augustine et Michel Paquet / Le Comptoir d'Augustine

Comptoir dAugustineAu 17 de la Place Saint Roch, le Comptoir d’Augustine nous plonge dans une véritable caverne d’Ali Baba que seuls les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. On retrouve avec un plaisir certain, un charme un peu désuet,  le bonheur des  drogueries d’autrefois. Ces produits authentiques d’un temps passé ont marqué des générations, souvenirs…souvenirs. Alimentaire et objets utilitaires, se côtoient admirablement dans ce showroom sublimement orchestré. On change d’époque dès que l’on pousse la porte. Claudia-Augustine et Michel Paquet ont collectionné de nombreuses antiquités d’art populaire, qu’ils proposent aussi à la vente.

•  Le Comptoir d'Augustine, 17 Place Saint-Roch. Tél. 06 70 11 64 05 - Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Les selfies