Imagiscène - 2019-2020

programme imagiscene 2019-2020

Terrasson célèbre " Un seul rugby"

30 november pv2 2

12 h 30-15 h Repas-débat. 15h 30-17h 30 Masterclass. 17h 30-22h30 Bodega.

75eme anniversaire des Martyrs de la Libération

30032019Dans le cadre du 75ème anniversaire des tragiques événements qui de mars à août 1944 ont endeuillé de nombreuses familles du Terrassonnais, la Municipalité de Terrasson-Lavilledieu en partenariat avec le comité cantonal de L’Association Nationale des Anciens Combattants et Amis de la Résistance (A.N.A.C.R) ont décidé de faire du 30 mars prochain, une grande journée au service de la Mémoire.
Deux temps forts marqueront cette journée du Souvenir pour laquelle nous souhaitons une très large participation de la population.

 Dès 14 heures, une commémoration sur chacune des stèles et plaques de la Commune sera organisée avec la participation des anciens résistants, des familles de victimes, des personnalités, des associations d’anciens combattants avec leur drapeau, et d’une délégation d’élèves des établissements scolaires de la Ville.

A chacune des 11 stèles et plaques que compte la Ville sera déposé un bouquet, dépôt qui sera suivi d’une brève évocation du drame vécu par le ou les patriotes, victimes de la barbarie nazie.

La cérémonie officielle, qui nous l’espérons réunira beaucoup de monde, autour du Monument aux Morts, place de la Libération aura lieu à 18h en présence de nombreuses personnalités.

La journée se terminera par un vin d’honneur offert par la Municipalité à la Vitrine du Périgord.

Pour la pérennité de la Mémoire, retenez la date du 30 mars 2019 et venez nombreux rendre un hommage solennel à tous les martyrs de la Libération.

Dans la nuit du 24 au 25 mars 1944, quatre combattants d'un maquis FTP de la région de Montignac, Gaston Baspeyras 19 ans, Raoul Guinet 36 ans, Philippe Colomer 27 ans, et René Sarrette 19 ans tomberont les armes à la main avenue Victor Hugo sous le feu de la milice. Un cinquième Pierre Chalmont, grièvement blessé aux jambes, devra sa survie au docteur Daux et aux gendarmes qui organiseront son évacuation de nuit vers une clinique de Brive.

Dans la soirée du 29 mars, après avoir déposé de forts contingents de troupes à Azerat, La Bachellerie et au Lardin, le gros de la division Brehmer -unité spécialisée dans la répression des populations qui, apportent leur soutien à la Résistance très active dans le secteur- fait son entrée à Terrasson".

Les allemands s’installent à la maison du peuple, aujourd’hui CineRoc ainsi qu à l’hôtel des Messageries, anciennement Crédit agricole.

HOTEL DE VILLE
Vue de l’Hôtel de ville avant l’incendie

Dès l’aube du 30 mars, avec des listes fournies par la milice et quelques collaborateurs locaux, des patrouilles partent dans tous les sens à la recherche des responsables de la Résistance. Mais heureusement, la plupart ont pu s’évaporer dans la nature, à la faveur de la nuit. De son côté, la Résistance armée ne pouvant faire face a la puissance de feu de la Division nazie, mais aussi pour éviter des représailles dans la population, avait décidé de se disperser vers des lieux plus cléments, en attendant que l’orage passe.

Lucien Counil
Lucien Cournil, témoin et inlassable passeur de mémoire pour les jeunes génération

Furieux de ne pas voir pu mettre la main sur les principaux responsables de la Résistance, les hommes de la Gestapo vont s’en prendre à la population. René Lascaux 37 ans, secrétaire général de la mairie, est un informateur précieux de la Résistance ; il est arrêté à son bureau. Un peu plus tard, Max Tourailles 33 ans, père de famille, co-fondateur du groupe statique FTP. Pierre Rebière est interpellé à son travail à la verrerie. Tous deux seront conduits au siège de la Gestapo. Interrogés toute la nuit, ils ne parleront pas malgré les tortures. Ce même jour, deux autres patriotes : Gaston Marty 35 ans et son employé Georges Gaucher 23 ans considérés sur la liste de dénonciation comme de dangereux salopards seront arrêtés à leur domicile et transférés au siège de la Gestapo. Après un interrogatoire musclé, ils seront fusillés dans la nuit, avenue Jules Ferry, à quelques dizaines de mètres de leur lieu de supplice.

Le lendemain, 31 mars, René Lascaux et Max Tourailles seront conduits sur la petite route conduisant de Gaubert à Preyssac. Ils seront assassinés dans une petite clairière à l’abri des regards. Le détachement va poursuivre son oeuvre de destruction en incendiant les villages de Preyssac et Tranche. Des ruines fumantes du village de Tranche, l’on retirera les corps calcinés de René Michaudel 70 ans, Henri Faurie 66 ans, Paul Ferret 17 ans et Louis Bouzonnie 38 ans. On ne saura jamais si ils ont été fusillés puis jetés dans la fournaise ou s’ils y ont été jetés vivants.

Ce même jour, un autre détachement de Brehmer, parti en direction de Marquoil, va procéder à l’arrestation de deux jeunes combattants de la liberté : Marcel Sembat 23 ans et Charles Dupuy 19 ans. Ils seront fusillés sur la route conduisant de Marquoil à Fondanger. Leurs corps seront retrouvés à moitié enfouis sous les feuilles en lisière d’un bois, et il sera interdit à la population de participer aux obsèques.

Extrait du discours de René Cournil le 31 mars 2015

P.22 23 Margontier
P.22 23 Margontier02
Vue de la Rue Margontier après l’incendie

Mots-clés : commémoration

Paroles d'ici et maintenant

Originaire de Lyon mon installation à Terrasson en 2013 est un véritable coup de cœur

Pierre Frigot,
professeur de
Aïkido

Pierre Frigot

Lire la suite

Vidéo à ne pas manquer

Le selfie du moment

Tatouages pour tous


Le tatouage est devenu en l’espace de quelques années un phénomène de mode. Il sait se faire discret ou ostentatoire, selon sa personnalité et le style recherché. Depuis la fin octobre, la ville de Terrasson n’échappe pas à la mode. Une nouvelle enseigne « Sybelle tatoo » a vu le jour au 22 de l’avenue Charles de Gaulle. Installée en Corrèze depuis 2011, Florence a fait le choix de s’établir à Terrasson. Dans une ambiance zen, la tatoueuse professionnelle propose également du maquillage permanent, des extensions de cils. Celle qui a un moment de sa vie a eu à faire face à la maladie dessine et crée le tatouage comme un ornement thérapeutique afin de permettre à d’anciennes malades de retrouver leur féminité. Elle travaille sur rendez-vous, du mardi au samedi de 9h30-12h30/14h-19h et sur devis.   

 

Les selfies